Physiologie de l’organe dentaire

Physiologie de l’organe dentaire

Physiologie de l’organe dentaire : La dent est l’un des organes les plus remarquables du corps humain. Bien qu’elle donne souvent l’impression de stabilité et de permanence, elle est en réalité le siège de nombreux processus complexes et dynamiques. Comprendre la physiologie dentaire est essentiel pour appréhender les causes des problèmes bucco-dentaires et élaborer des thérapies efficaces. Dans cet article, nous explorerons en détail la physiologie dentaire sous tous ses aspects, mettant en lumière le rôle vital de chaque composant de cet organe complexe.

I. Rôle de l’organe dentaire

L’organe dentaire assume un ensemble de fonctions cruciales qui façonnent notre quotidien.

1. La Mastication

Les dents, avec l’aide de la langue, des lèvres, des joues et de la salive, travaillent de concert pour préparer les aliments avant qu’ils ne passent dans l’œsophage. La mastication est une étape primordiale du processus de digestion.

2. La Déglutition

La langue, en exerçant une pression sur le palais, guide les aliments vers le pharynx, déclenchant la déglutition, un mécanisme automatique.

3. L’Élocution

La position des dents, de la langue, des joues et des lèvres est essentielle pour une élocution claire et précise. Les dents servent de support à la langue et aux lèvres pour la prononciation de toutes les syllabes.

4. Esthétique et Sourire

Un sourire éclatant est un puissant outil de communication. L’alignement des dents contribue à soutenir les lèvres et les joues, donnant au visage un profil esthétique.

Physiologie de l’organe dentaire

II. Physiologie de l’Odonte

Dans cette section, nous plongerons plus profondément dans la physiologie de chaque composant de la dent, en commençant par l’émail.

1. Physiologie de l’Émail

L’émail dentaire est la couche la plus externe de la dent, et il est essentiel pour la protection de la dent. Il subit des modifications au cours de la vie.

1.1. Maturation de l’Émail

L’émail, au moment de la formation de la dent, est relativement mou. Cependant, au fil du temps, il devient plus dur et plus résistant. La couleur de l’émail devient plus foncée à mesure que des matériaux organiques provenant de l’environnement buccal sont incorporés.

La surface de l’émail subit une maturation post-éruptive, qui dépend du pH et des ions minéraux présents dans les fluides buccaux. Cette maturation est caractérisée par des cycles de déminéralisation et de reminéralisation, qui aboutissent à une diminution des porosités et des irrégularités de surface, réduisant ainsi la perméabilité de l’émail.

1.2. Mécanisme de Déminéralisation et Reminéralisation

Lorsque le pH buccal diminue, l’émail perd des ions minéraux, créant ainsi des sites de déminéralisation à sa surface. En situation d’équilibre, les fluides salivaires diffusent à travers la plaque dentaire, ce qui entraîne une remontée du pH grâce à la présence de phosphates et de carbonates qui agissent comme des tampons. Lorsque le pH remonte, des ions minéraux, principalement le calcium et le phosphate, précipitent à nouveau sur l’émail. Ce processus de déminéralisation et de reminéralisation modifie la composition des couches externes de l’émail.

Physiologie de l’organe dentaire

2. Physiologie du Cément

Le cément est la couche qui recouvre les racines des dents et est essentielle pour l’ancrage de la dent dans son alvéole. Il a plusieurs rôles importants.

2.1. Les Fonctions du Cément

  • Fixation de la Dent dans son Alvéole : Le cément assure l’attachement de la dent à son alvéole, garantissant ainsi sa stabilité.
  • Compensation de la Perte de Substance Dentaire : Le cément compense la perte de substance de la dent due à l’usure, à la résorption osseuse et participe au maintien de l’intégrité de l’espace desmodontal, assurant ainsi la pérennité de la dimension verticale et le maintien des rapports d’engrènement inter dentaires.
  • Rôle dans les Échanges entre la Pulpe et le Desmodonte : Le cément, par sa perméabilité, facilite les échanges de nutriments et de signaux entre la pulpe dentaire et le desmodonte.
  • Protection de la Dentine Radiculaire : Le cément recouvre la surface de la dentine radiculaire, la protégeant des agressions externes.
  • Rôle dans la Thérapeutique Dentaire : Le cément participe à la fixation de nouvelles fibres de collagène lors de déplacements dentaires et d’autres procédures dentaires.

2.2. Modifications du Cément

Le cément peut subir diverses modifications, à la fois d’origine physiologique et pathologique.

2.2.1. Modifications d’Origine Physiologique

  • Les Appositions : Tout au long de la vie d’une dent, tant qu’elle est présente sur l’arcade, le cément peut connaître des appositions. Ces appositions compensent l’usure progressive des faces occlusales et l’égression de la dent qui l’accompagne.
  • Les Résorptions : Lors de la rhizalyse des dents temporaires, des résorptions se produisent, résultant de l’activité de cellules de type ostéoclastes.

2.2.2. Modifications d’Origine Pathologique

  • Appositions Réactionnelles : Les appositions réactionnelles du cément peuvent survenir en réponse à des facteurs tels qu’une obturation endodontique, l’hypercémentose (liée à l’hypofonction ou à une inflammation chronique), ou des malpositions dentaires.
  • Résorptions : Les résorptions pathologiques peuvent également se produire, qu’elles soient d’origine réactionnelle (en réponse à une hyperfonction ou à des causes traumatiques) ou associées à des pathologies périapicales d’origine pulpaire ou parodontale.
  • Physiologie de l’organe dentaire

III. Physiologie du Complexe Pulpo-Dentinaire

Le complexe pulpo-dentinaire est essentiel pour la formation, la nutrition, la défense, la fonction nerveuse et la régulation de la dent.

3.1. Fonction de Formation

3.1.1. Modifications Physiologiques de la Structure Dentinaire (Remaniments)

Le complexe pulpo-dentinaire subit des remaniements tout au long de la vie.

Appositions : Au niveau de la zone dentinogénétique, la dentine primaire se forme initialement, suivie de la dentine secondaire.

Au niveau de l’unité métabolique, des appositions de dentine péri-tubulaire se produisent progressivement, réduisant le diamètre des tubulis.

Résorptions : Au niveau de la zone dentinogénétique, lors de la rhizalyse des dents temporaires, les odontoclastes dégradent d’abord le cément, puis la dentine.

Physiologie de l’organe dentaire

3.1.2. Modifications Pathologiques de la Dentine

Les modifications pathologiques de la dentine comprennent des appositions réactionnelles et des résorptions.

Appositions Réactionnelles : Ces appositions, généralement atubulaires, se manifestent en réponse à un traumatisme, à une carie à évolution lente ou à un pansement dentinaire.

Sclérose Intratubulaire : La sclérose intratubulaire est un processus de minéralisation qui se produit sous la zone polymicrotraumatisée, dans la zone profonde des caries à évolution lente et sous les pansements dentinaires.

Résorptions Pathologiques : Les résorptions pathologiques peuvent se produire au niveau de la zone dentinogénétique, qu’elles soient de type résorption externe (liée à des troubles d’éruption, des traumatismes, des infections, etc.) ou de type résorption interne (associée à des pathologies pulpo-dentaires ou parodontales).

3.1.3. Modification Physiologique au Cours de la Sénescence

La sénescence, le processus de vieillissement naturel, peut également affecter la dentine.

Sénescence (Physiologique) : La sénescence physiologique est liée à l’âge avancé de l’individu et se déroule progressivement. Elle est généralement ordonnée et généralisée à l’ensemble de la pulpe.

Sénilité (Pathologique) : La sénilité est un processus de vieillissement prématuré et accéléré, sans rapport avec l’âge. Elle est désordonnée et anarchique, se produisant localement au niveau de la zone pulpaire irritée.

3.2. Fonction de Nutrition

La pulpe dentaire assure la nutrition des tissus dentaires grâce à un système vasculaire complexe. Les artères qui cheminent à travers le foramen apical apportent des éléments nutritifs et de l’oxygène aux tissus dentaires. Les déchets métaboliques sont drainés par des veines qui suivent le même chemin.

Physiologie de l’organe dentaire

3.3. Fonction Nerveuse

La pulpe dentaire est densément innervée, ce qui lui confère une double nature.

3.3.1. Innervation Sensorielle

L’innervation sensorielle de la pulpe dentaire est assurée par des fibres C amyélinisées et des fibres Aδ myélinisées, impliquées dans la transmission des informations thermoalgésiques. Les nerfs sensitifs pénètrent dans la pulpe par les orifices apicaux, cheminant dans le canal radiculaire et formant un réseau dense appelé le plexus de RASHKOW. Certaines fibres pénètrent dans la pré-dentine, tandis que d’autres pénètrent plus profondément dans les canalicules dentinaires.

3.3.2. Innervation Vasomotrice

Le système nerveux sympathique innerve également la pulpe dentaire. Ces fibres, moins épaisses que les nerfs sensitifs, régulent le flux sanguin en constriction ou en dilatation des vaisseaux sous l’influence de facteurs locaux dentaires ou péri-dentaires. Les fibres adrénergiques sont responsables de la constriction des vaisseaux, tandis que les fibres cholinergiques provoquent leur dilatation.

Physiologie de l’organe dentaire

3.4. Fonction de Défense

La défense de l’organe pulpo-dentinaire se manifeste à plusieurs niveaux, notamment dans la dentine et la pulpe.

3.4.1. Ligne de Défense Dentinaire

  • Dentine Sclérotique : La dentine sclérotique se forme à la périphérie des lésions carieuses, où les tubules dentinaires sont partiellement ou complètement obstrués. Cela renforce la dentine et la protège contre les agressions externes.
  • Dentine Tertiaire : La dentine tertiaire se forme à l’interface dentine-pulpe en réponse à diverses agressions. Elle peut être de nature réactionnelle ou réparatrice.

3.4.2. Ligne de Défense Pulpaire : l’Inflammation

  • Réponse Vasculaire : L’inflammation pulpaire entraîne une vasodilatation du système microcirculatoire dans la région affectée, créant un œdème. Par la suite, un ralentissement circulatoire s’établit.
  • Réponse Cellulaire : Les cellules inflammatoires, notamment les polynucléaires, les lymphocytes et les plasmocytes, interviennent dans la réponse inflammatoire. Les plasmocytes jouent un rôle clé dans la formation des anticorps.
  • Réponse Humorale : L’histamine, libérée par la dégranulation des mastocytes, augmente la perméabilité vasculaire, entraînant l’accumulation de fluides lymphatiques et plasmatiques, contribuant ainsi à l’œdème.

Physiologie de l’organe dentaire

IV. Physiologie du Parodonte

Le parodonte englobe le desmodonte, l’os alvéolaire et la gencive, chacun remplissant des fonctions vitales.

4.1. Physiologie du Desmodonte

4.1.1. Fonctions du Desmodonte

  • Fixation de la Dent dans son Alvéole : Le desmodonte assure l’ancrage de la dent, grâce aux fibres de Sharpey.
  • Suspension de la Dent : Le desmodonte suspend la dent pendant la fonction occlusale, agissant comme un amortisseur grâce aux fibres principales (obliques) en forme de pont suspendu.
  • Rôle Sensoriel : L’innervation sensitive du ligament alvéolo-dentaire confère une sensibilité tactile extéroceptive et proprioceptive.
  • Rôle Nourricier : Le desmodonte contribue à la nutrition des tissus dentaires et à la défense contre les agressions inflammatoires et infectieuses.
  • Rôle Homéostatique : Les fibroblastes du desmodonte assurent la synthèse du collagène et participent au renouvellement des fibrilles ligamentaires.
  • Rôle de Réparation : Le desmodonte joue également un rôle dans les processus de réparation parodontale.

4.2. Physiologie de l’Os Alvéolaire

4.2.1. Fonctions de l’Os Alvéolaire

  • Rigidité et Soutien : L’os alvéolaire apporte de la rigidité à l’ensemble, assurant le calage de la dent, la fixation des fibres ligamentaires et le soutien du tissu gingival.
  • Remaniements Morphologiques : L’os alvéolaire subit des remaniements morphologiques importants lors de l’éruption dentaire, des premiers contacts occlusaux et en réponse à des traitements orthodontiques.
  • Amortissement : L’os alvéolaire agit comme un amortisseur lors des contacts occlusaux ou masticatoires.

Physiologie de l’organe dentaire

V. Physiologie de la Gencive

5.1. Fonctions de la Gencive

  • Protection du Parodonte : La gencive protège le parodonte contre les agressions extérieures grâce à l’organisation en couches, la cohésion cellulaire et la kératinisation.
  • Homéostasie Épithéliale : La gencive maintient son intégrité grâce à des mitoses, des migrations cellulaires et des desquamations.
  • Rôle de Fermeté : Les fibres gingivales assurent l’attachement de la gencive au cément et au périoste.
  • Rôle de Défense : Des cellules immunitaires, telles que les macrophages et les histiocytes, résident dans le chorion gingival, permettant de résister aux agressions inflammatoires et infectieuses.
  • Rôle de Nutrition : Le chorion gingival assure la nutrition de tous les éléments de la gencive.

Conclusion

La dent est un organe complexe, dont la physiologie est essentielle à la compréhension de son rôle dans la mastication, la déglutition, l’élocution, l’esthétique, et sa contribution au bien-être général. La physiologie dentaire est une discipline fascinante, qui englobe un large éventail de processus dynamiques allant de la formation et la maturation des tissus dentaires, à leur réponse aux agressions, aux mécanismes de défense et aux modifications liées à l’âge.

Une compréhension approfondie de ces processus peut contribuer à l’amélioration de la santé bucco-dentaire et de la qualité de vie globale. C’est en appréhendant cette complexité que nous pouvons développer des traitements plus efficaces pour les problèmes bucco-dentaires, tout en maintenant et préservant ce remarquable organe qu’est la dent.

Physiologie de l’organe dentaire

1 thought on “Physiologie de l’organe dentaire”

  1. Pingback: Combien de temps cicatrisation après extraction dentaire? - Medecine dentaire

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *