L'émail dentaire

L’émail dentaire

L’ÉMAIL DENTAIRE : Une Structure Complexe et Essentielle

L’émail dentaire, une composante essentielle des dents humaines, est un système chimique complexe qui présente diverses caractéristiques remarquables.

Dans cet article, nous explorerons sa structure, ses propriétés physiques, ainsi que sa composition chimique.

1. Généralités

L’émail est une substance acellulaire, avasculaire, et dépourvue de terminaisons nerveuses. Il se compose de prismes durs et cassants entourés d’une fine substance inter-prismatique.

Il constitue la structure la plus dure et la plus calcifiée de l’organisme, formant une coiffe d’environ 2,5 mm d’épaisseur au niveau des cuspides des molaires, où il est le plus épais, et s’amincit considérablement près du collet.

Cette minceur le rend vulnérable aux atteintes de la dentine. Les dents temporaires, quant à elles, présentent une épaisseur d’émail réduite d’environ la moitié.

2. Propriétés Physiques de l’Émail

L’émail dentaire présente diverses propriétés physiques cruciales, notamment sa couleur, son épaisseur, sa brillance, sa dureté et sa perméabilité. La couleur de l’émail dépend de sa translucidité, de son degré de calcification et de son homogénéité.

Par exemple, l’émail jaunâtre est plus translucide, mieux calcifié et homogène, tandis que l’émail grisâtre est opaque, moins calcifié et moins homogène.

De plus, l’émail agit comme une membrane semi-perméable pour certains ions, participant au transport de ions de la salive vers la dentine.

3. Structure de l’Émail

L’émail est composé de trois éléments majeurs : les cristaux de l’émail, la matrice organique, et l’eau sous forme libre ou liée. Les cristaux de l’émail, présentant un diamètre d’environ 5 à 7 µm, sont organisés en prismes qui parcourent l’émail de la jonction amélo-dentinaire à la surface de la dent.

Le cœur des prismes est composé de cristaux alignés parallèlement, tandis que la queue des prismes présente une divergence cristalline. L’organisation des prismes génère des espaces interprismatiques remplis de matrice organique.

De plus, les prismes s’entrecroisent en formant des groupes, améliorant ainsi la dureté et la complexité architecturale de l’émail.

4. Particularités Structurelles

L’émail dentaire, en plus de sa composition chimique distinctive, présente des caractéristiques structurelles spécifiques qui méritent une attention particulière. Ces particularités contribuent à sa résistance et à sa fonctionnalité. Voici un aperçu de ces caractéristiques :

4.1. Les bandes d’Hunter Schreger : Lors de l’observation de coupes d’émail à un fort grossissement en microscopie, on peut distinguer des bandes dites d’Hunter Schreger.

Ces bandes résultent de l’organisation des prismes d’émail et alternent entre des prismes en section transversale et des prismes en section longitudinale.

Ces phénomènes optiques sont liés à la manière dont les prismes sont arrangés et à l’organisation des groupes de prismes.

4.2. Les lignes de croissance : L’apposition successive des couches d’émail est marquée par des lignes de croissance appelées stries de Retzius. Ces stries reflètent la régularité de la sécrétion des améloblastes au fil du temps. Elles suivent le contour morphologique de la dent depuis les premières couches d’émail formées jusqu’à la surface de la dent. Les stries de Retzius sont espacées d’environ 4 à 150 µm.

Lorsqu’elles atteignent la surface de la dent, elles génèrent de légères dépressions à la surface de l’émail, formant des ondulations connues sous le nom de périkymaties.

4.3. La Jonction amélo-dentinaire : La première couche d’émail qui se forme directement sur la dentine, peu après le début de la minéralisation de celle-ci, est appelée l’émail de jonction.

Cette couche est particulièrement intéressante car elle est aprismatique, c’est-à-dire qu’elle ne présente pas la structure prismatique caractéristique de l’émail.

4.4. L’Émail de Surface : L’émail de surface correspond à la phase finale de la sécrétion de l’émail, survenant après l’involution des prolongements des améloblastes.

Il se distingue par une légère augmentation de sa minéralisation par rapport à l’émail interne, ce qui contribue à sa résistance et à sa fonction protectrice accrues.

Ces particularités structurelles de l’émail dentaire témoignent de sa complexité architecturale et de sa capacité à s’adapter aux exigences fonctionnelles spécifiques au sein de la cavité buccale.

Elles jouent un rôle important dans la protection des dents et dans leur durabilité au fil du temps.

5. Composition Chimique de l’Émail

La composition chimique de l’émail dentaire varie en fonction des types de dents. En général, les dents définitives sont constituées à 95-96% de matière minérale, tandis que les dents temporaires en contiennent environ 94%.

Les cristaux d’hydroxyapatite, d’une forme hexagonale, sont les unités élémentaires de l’émail. Ils présentent des substitutions ioniques pour augmenter leur stabilité chimique.

La matrice organique, qui ne représente que 2% du poids de l’émail, est composée de protéines, de lipides, et d’eau.

En conclusion, l’émail dentaire est une structure complexe et essentielle, qui joue un rôle crucial dans la protection des dents et dans leur fonction.

Sa structure, ses propriétés physiques, et sa composition chimique sont autant de facteurs qui contribuent à sa résistance et à son intégrité au sein de la cavité buccale.

La composition chimique

de l’émail dentaire varie en fonction du type de dent.

En règle générale, les dents permanentes sont constituées à hauteur de 95 à 96% de matière minérale, tandis que les dents temporaires contiennent environ 94% de matière minérale. Les cristaux d’hydroxyapatite, qui ont une forme hexagonale et mesurent environ 160 nm de long et 40-70 nm de large, sont les plus petites unités structurelles de l’émail.

Ils ont une formule chimique de Ca5(PO4)3(OH), souvent exprimée sous la forme Ca10(PO4)6(OH)2 pour refléter plus précisément la composition de la structure cristalline de base.

L’hydroxyapatite

peut subir diverses substitutions ioniques, notamment le remplacement de Ca2+ par Sr2+ et de PO43- par CO32- ou F-.

Ces substitutions renforcent la stabilité chimique de l’hydroxyapatite, ce qui lui permet de résister aux agressions acides constantes présentes dans la cavité buccale, ainsi qu’à l’action du microbiote oral.

La matrice organique, bien que ne représentant que 2% du poids de l’émail, joue un rôle crucial. Elle est composée de protéines (environ 58%), de lipides (environ 40%), et d’eau (environ 2%). Parmi les protéines de l’émail, on trouve les amélogénines (les plus importantes), les non-amélogénines et les phosphoprotéines. Les lipides sont principalement des phospholipides et des phospholipoprotéines.

En outre, des complexes protéines-polysaccharides, bien que présents en faible quantité (environ 0,4 à 0,5%), participent à la composition de la matrice organique de l’émail.

En résumé, l’émail dentaire est une structure complexe et essentielle, dont la composition chimique contribue à sa solidité et à sa résistance.

Ses cristaux d’hydroxyapatite, sa matrice organique et ses propriétés physiques sont des éléments clés pour la protection et la fonction des dents au sein de la cavité buccale.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *