L’appareil manducateur

L’appareil manducateur

L’appareil manducateur : Un ensemble de fonctions vitales sont rendues possible grâce a l’appareil manducateur 

L’appareil manducateur est l’appareil servant ( en premier lieu ) à manger.

L’appareil manducateur est un ensemble constitué en système ; constitué : des arcades dentaires , de la mandibule et des maxillaires, de la langue et du palais. L’articulation temporo-mandibulaire et les muscles maxillaires sont les effecteurs du mécanisme de mastication.

L’appareil manducateur assure les fonctions suivantes :

  • préhension de l’aliment pour le porter dans la cavité buccale ;
  • mastication ;
  • insalivation ;
  • ventilation ; ( phonation )
  • déglutition ;

la perturbation de l’un des constituants de l’AM peut influer sur l’équilibre global .

 Définitions :

  • Edenter : briser les dents ( scie , peigne )
  • Edenté – edentée : Personne qui a perdu ses dents en totalité ou en partie
  • Edentement : Etat de quelqu’un à qui il manque des dents ( larousse )

L’édentement(wikipedia) : est une pathologie correspondant à l’absence de dents dans une bouche adulte .

L’édentement commence lorsqu’au moins une dent manque à la denture d’un adulte, hors dent de sagesse. L’édentement complet ou édentement total représente une situation de handicap majeur, largement sous-estimé par les pouvoirs publics[réf. souhaitée]. Cette pathologie concerne environ 158 millions de personnes dans le monde en 2010, soit 2,3 % de la population mondiale .

L’édentement était une pathologie autrefois fort commune, mais aujourd’hui cette pathologie concerne en premier lieu les personnes âgées et/ou précaires dans les pays développés. De nombreux autres facteurs entre en ligne de compte : alimentation, prédisposition génétique, hygiène buccale, toxicomanie, etc.

Un édenté est une personne souffrant d’édentement. Dans l’imaginaire collectif, les édentés représentent les personnes âgées, les pauvres et parfois mais plus rarement les méchants.

       Conséquence :

Les conséquences négatives d’un édentement partiel ou complet sont nombreux au niveau de la sphère oro-faciale :

  • elle engendre un fort déficit esthétique en raison du manque de soutien des tissus et de la musculature faciale ;
  • elle engendre un déficit fonctionnel important pouvant avoir des répercussions importantes sur l’état nutritionnel du sujet atteint ;
  • elle s’accompagne d’une résorption osseuse des maxillaires qui est inéluctable en l’absence de traitement implantaire ;
  • de plus, les sentiments d’inconfort et de fragilité qui en découlent sont vécus comme un véritable handicap psychologique par le patient édenté total pouvant avoir des répercussions très importantes sur sa vie sociale.

L’edentement complet ou edentement total représente une situation de handicap majeur : esthétique , fonctionnel et psychologique parfois sous-estimé .

   Historique :


Plusieurs tentatives en été faite depuis 1898 avec les travaux de Bonwill.

Les auteurs qui ont travaillé et collaborer dans l’étude et la classification des édentations sont très nombreux. Mais nous nous retiendrons que les plus connus qui traitent l’édentation partiel :

  • Cummer a fait ses travaux en 1942
  • Wild a publié ses travaux en 1943
  • Rampel en 1927
  • Costa en 1975
  • Kennedy a fait ses travaux en 1928

II Les impératives auxquels doit répandre une classification

II.A. Simplicité

Doit être simple

II.B.Normalisation

doit être accepter par le maximum de praticien de manière de débaucher à un diagnostic commun et international.

II.C.Visualisation

Doit permettre une visualisation immédiate du cas considérée

II.D.Standardisation

Elle doit assurer la standardisation des tracées des bases prothétiques et des moyens de rétention,
cette impérative ne peut être réaliser qu’aux conditions que les éléments anatomiques soit d’égale valeur intrinsèque et extrinsèque.
“ extrinsèque : À l’intérieur des tissus
Intrinsèque : Tous ce qui se passe à l’intérieur “

II.E.L’édentation postérieur

L’édentation postérieur constituera toujours l’élément déterminant dans le choix d’une classe.

II.F.Dent de sagesse

L’absence d’une troisième molaire sans antagoniste (dont les actions sont en opposition) ne doit être remplacer et ne doit pas intervenir dans l’établissement d’une classification

II.G.Traitement exodentique

La classification d’un cas à traité ne doit s’effectuer qu’après le traitement exodentique ou prothétique fixe quand ce traitement s’impose
Exodentie : L’acte d’extraire.

    Classification de KENNEDY :

Comprend 4 classes : 

  • Classe I : édentement distal bilatéral
  • Classe II : édentement distal unilatéral 
  • Classe III : édentement intercalé unilatéral
  • Classe IV : édentement encastré antérieures

Critique : Cette classification est uniquement topographique , elle ne tient pas compte de l’aspect clinique des tissus supports .

L'appareil manducateur

      Classification de KENNEDY modifiée par APPELGATE :

C’est la classification la plus rationnelle de point de vue thérapeutique et la plus didactique pour le lecteur de nos jours .

L’apport du Dr APPELGATE à la classification de KENNEDY :

Appelgate a apporté un certain nombre de règles dans le but de lever le doute et améliorer la précision et l’utilité clinique de l’idée de départ , les règles ajoutées sont les suivantes :

  • Les dents qui vont être extraites sont considérées comme absentes dans le processus de classification 
  • Les dents qui ne doivent pas être  remplacées ( 7-8 ) sont considérées comme présentes dans le processus de classification 
  • La zone d’édentement la plus postérieure est plus importante en termes de masctication et d’effort 
  • Les édentements supplémentaires antérieurs sont considérées comme des modifications 
  • Seul le nombre d’édentements supplémentaires est pris en considération 
  • Il n’y a pas de modification dans la classe IV

                *  Cette classification comporte 06 classes qui sont :  

                  Selon N.Nally                      Selon J.Exbrayat
CL I : édentement distal bilatéralCL I : édentement bilatéral situe postérieurement aux dents restantes
CL II : édentement distal unilatéralCL II : édentement unilateral situé postérieurement aux dents restantes
CL III : édentement encastré bilatéral avec présence des 02 canines CL III : édentement unilatéral limité antérieurement et postérieurement par des dents ne pouvant assurer a elles seules totalité support prothétique
CL IV : édentement intercalé bilatéral avec perte d’au moins une canineCL IV : édentement situé antérieurement aux dents et repartie de part et d’autre de l’axe médian
CL V : édentement intercalé avec perte d’au moins une canine CL V : édentement unilatéral limité ant et post par des dents restantes mais dont la dent antérieure jouxtant l’édentement ne peut servir de support ( exp la latérale ) 
CL VI : édentement intercalé unilatéral CL VI : édentement unilatéral limité ant et post par des dents pouvant assurer à elles seules le support d’une prothèse 
L'appareil manducateur

    Classification de Kennedy modifiée par Lejoyeux :

De nombreux auteurs ont proposé leur classification , la classification de KENNEDY modifiée par LEJOYEUX constitue actuellement la référence , son principal avantage est de simplifier et de classer tous les édentements en très peu de groupes . Elle tient compte de la capacité des dents bordant l’édentement à servir de support ( CHAMPION et Coll 2001) ( JARDEL et Coll 2002 ) (SANTONI 2004 ).

On distingue : 

  • Classe I : ce sont les édentements bilatéraux postérieurs 
  • Classe II : ce sont les édentements unilatéraux postérieurs 
  • Classe III : ce sont les édentements unilatéraux encastrés , il y a des dents en mésial et en distal de l’édentement
  • Classe IV : ce sont les édentements antérieurs , elle intéresse au maximum les 6 dents antérieurs de canine à canine  .
  • Classe V : ce sont les édentements de très grande étendue , il ne persiste sur l’arcade que les molaires d’un seul coté 
  • Classe VI : ce sont les édentements bilatéraux postérieurs de très grande étendue avec disparitions des deux canines

Au départ dans la classification de Kennedy il n’existait que les quatre premières classes , les classes V et VI ont été proposées par LEJOYEUX en 1973 ( LEJOYEUX 1980 )( JARDEL et Coll 2002 )

  • LEJOEUX a proposé , en 1973 , d’adjoindre à cette classification purement anatomique des subdivisions :
  • Subdivision A : segment dentés et édentés d’excellents valeurs, pronostic très favorable 
  • Subdivision B : segments dentés d’excellentes valeurs , segments édentés de faibles valeurs , nécessite une lise en conditions tissulaire 
  • Subdivision C : segments dentés de faibles valeurs , segments édentés d’excellentes valeurs , un traitement préprothétique pluridisciplinaire s’impose 
  • Subdivision D : segments dentés de faible valeur , nécessitant un traitement préprothétique complexe ainsi qu’une mise en conditions tissulaires , pronostic réservé ( LEJOYEUX 1980 ) ( JARDEL et Coll 2002) $
  • L’ensemble de ces critères constitue une base de conception prothétique pour le praticien.
Résultat de recherche d'images pour "edentement partiel lejoyeux"

    Classification de CUMMER :

Selon CUMMER , il existe 113000 combinaisons possibles d’édentements maxillaires et mandibulaires ( PICART et Coll 2002 ) 

En effet l’édenté partiel va de celui a qui il ne manque qu’une dent à celui à qui il ne reste plus qu’une dent . Il est donc nécessaire de recourir à une classification , indispensable à tout enseignement et permettant une discussion entre praticiens ( CHAMPION et Coll 2001 )

Classification de CUMMER :  Cette classification a été la première a paraitre dans la littérature en 1920 . Elle est fondée sur des critères mécaniques faisant appel au concept de « Ligne de Prothéro » . Cette ligne imaginaire réunit les dents piliers et tout se passe comme si  la prothèse pouvait pivoter autour de cet axe .

Cette classification se répartit en : 

  • Classe 1 : la ligne de Prothéro coupe obliquement la ligne de symétrie axiale du maxillaire 
  • Classe 2 : la ligne de Prothéro coupe perpendiculairement cet axe médian 
  • Classe 3 : la ligne de Prothéro est unilatérale
  • Classe 4 : la ligne de Prothéro forme un polygone 
L'appareil manducateur
  • Axes de rotation : 

on distingue deux types d’axe de rotation : (axe de rotation principal et axes de rotation secondaires

  • Le principal : est celui autours duquel se produisent les principaux mouvements parasites de la pse , il passe en général par les deux appuis les plus antérieurs et est situé de part et d’autre de l’axe de symétrie du maxillaire . dans le cas particulier des entements unilatéraux terminaux, il passe par l’appui occlusal situé sur la dent bordant l’endentement et est par allèle à la line faitière de la crête terminale. si d’autres appuis existent, ils déterminent à leur tour des axes de rotation. qualifié de secondaire 
  • Le travail de conception du châssis métallique consiste a neutraliser les différents mouvements autour de ces axes, soit par l’utilisation des retentions, soit par l’emploi d’un appui (taquet d’appui, ou fil d’appui) ces artifices sont d’autant plus efficaces qu’ils sont loin de l’axe de rotation  
  • Dans le cas ou il existe au moins trois axes de rotation et que ceux-ci forment un triangle, la pse sera en général auto équilibrée.

                Conclusion :

  • Maitriser les classifications 
  • Savoir communiquer sur la base des notions acquises.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *